Définition :

Origine éthymologique: vient du néérlandais keik « regarde », mal interprété comme « Quoi ». Première utilisation en Bretagne probablement
vers 2001. Depuis, utilisations remarquées en France (ile-de-France et Ain) et en Suisse.
Deux orthographes sont communément acceptées : la plus classique et la plus phonétique étant kèk, le « cake ? » anglais est lui aussi admis, faisant office de « variation ».
Sens: il remplace aisément et utilement le « Quoi » français, mais peut s’étendre plus loin dans l’idée de l’incertitude, de l’incompréhension ou du non-entendu. Peut ensuite servir d’insulte: il désigne alors quelq’un de pas très doué, d’incompris.
Prononciation: [k][è][q]. Le deuxième k doit se prononcer très brièvement, tout l’accent est porté sur le [è]. L’accent est très fort voir excessif si le mot est seul dans la phrase nomale: « Kèèèk ?? ».
Exemples:-Je suis un peu chiwak aujoud’hui. -Kèk ?? Quand es-tu un peu chiwak?
-Kèk-t’as fait encore comme bétise…
-Mais quel kèk celui là!
-Voici du cake. -Kèk cake es-ce ?

86 69
Proposé par maxim le 26/05/2005

2 commentaires

  1. Marie la belge ^_^

    petite rectification… ce mot « proviendrais » du verbe « kijken » en Néerlandais et non « keik[en] ».
    donc: Kijken naar = regarder en Néerlandais…

    Répondre
  2. Marie la belge bis

    et bin moi qui corrige une faute j’en fais une aussi! 😉
    proviendrait et pas ac S ^_^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *