3 commentaires

  1. Pierre Santschi, Lausanne

    Je suis très surpris de cette « définition ». En fait il s’agit d’un helvétisme romand signifiant coincer, serrer, la dérive vers la copulation relevant plutôt d’un fantasme…

    Répondre
  2. Daniel Praet

    C’est nouveau ça ! L’évolution d’une langue serait l’issue du fantasme !! Les langues évoluent en fonction des régions. On appelle cela, des langues vivantes !

    Répondre

  3. En Belgique, le verbe cougner est bien connu, il y a aussi les termes « cougneur » et « cougneuse ».
    En matière de sexualité le fantasme masque une pseudo-honte, on en arrive à des torsions de sens hallucinantes.
    « Baiser » synonyme de « cougner » est encore pire puisque unanimement admis, tandis que « cougner » n’est ni autorisé ni même compris dans les milieux bien pensants.
    « Baiser » donc est un summum de mauvaise foi puisqu’on admet sans sourciller qu’il puisse signifier :
    « arnaquer, rouler, pigeonner », etc …, les femmes se faisant baiser n’ayant que ce qu’elles méritent, machisme oblige.

    Répondre

Répondre à René Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *