9 commentaires

  1. Raoul

    Bonjour,

    Quand tu dis trois, tu vois grand, l’embryon d’un seul poil leur suffit pour s’imaginer déjà chasseur de crocodile et parler de leurs critères concernant la gente féminine…

    Répondre
  2. Jean

    La pine d’ours vient de la Grande Guerre. C’est les rouleaux de viande séchée qu’on nommait ainsi.

    Répondre
  3. Marco

    J’ai encore mieux que ça les gars!!! Pine d’huitre !! c’est pour les jeunes qui se dégonflent devant une vieille salope experimentée!

    Répondre
  4. titine

    ah! la dentelle …

    Répondre
  5. David

    écoutez c’est impressionnant! »Pine d’ours » c’est de la bombe!attends tu lui sors cette réplique au mec en face de toi ça le calme net car il à jamais entendu ça !! EFFET DE SURPRISE GARANTI !!

    Répondre
  6. chemiquevla

    on trouve cette expression comme le dit Jean dans l’argot des tranchées (http://www.bataille-de-verdun.fr/site/index.php?module=am_3&date=17-07-06) une « pine d’ours » chez moi, bien que la race de l’ours ne soit pas précisée, c’est quelque chose d’assez… gros ; contrairement à la pine de geai qui serait plutôt minuscule

    Répondre
  7. David

    Oui on peut se lâcher et sortir des trucs de folie du genre »couilles d’éléphant » ou « clitoris de crotale »ou bien l’excellent « gland de rhinocéros »!

    Répondre
  8. madison le vee

    hi ha hi ha ho

    Répondre
  9. MENAGER

    A l’école des Glénans on appelait « Pine d’ours » un épissoire pour faire des épissures sur les cordages.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *