6 commentaires

  1. C'est pas sûr?

    Gamin qui traîne.

    Répondre
  2. songe

    Sirop de la rue se dit d’un gamin qui traîne tout le temps dans la rue…qui est toujours par monts et par vaux…
    C’est une expression très utilisée dans certaines régions de France.

    Répondre
    • SubSeb

      Ouais je confirme !
      On m appelait sirop des rues quand j étais gosse et cela car a toute heure et par tout temps, on me croisait dans le village…✌

      Répondre
  3. LE DORTZ

    Je pensais que c’était une expression bien parisienne mais c’est utilisé si j’en crois plus haut dans plusieurs régions de France, j’ai au moins appris quelque chose.

    Répondre
  4. André BIZEUL

    J’ai passé près de 40 ans dans la Police Judiciaire au quai des orfèvres. Lorsqu’on devait recruter un inspecteur pour un travail sédentaire on se voyait souvent répondre par son chef de service  » C’est sympa mais il a trop l’sirop d’la rue, il ne voudra pas rester enfermé » par contre c’était des gars comme cela que l’on recherchait pour le boulot de voie publique (casseurs, voleurs à la tire, à la roulotte) qui leur permettait de « traîner » à pied toute la journée !

    Répondre
  5. jjg

    Pour moi le sirop de la rue c’est le plaisir addictif des rencontres, des observations, des découvertes qu’on fait si on flâne dans les rues des villes. Mais pour bien le goûter, il faut que les conditions s’y prêtent: que l’amateur soit disponible, curieux, qu’il ait de l’humour, etc., mais aussi que la ville le permette vraiment par sa taille et son style. Il faut des quartiers où la circulation piétonne est vraiment possible, mais pas encadrée et captée, comme dans les rues piétonnières jalonnées d’enseignes identiques dans tout l’hexagone, donc où des activités professionnelles ou non d’extérieur ont lieu dans une relative anarchie (M. Bizeul, le contributeur précédent, est très clair sur le genre d’activité qui éventuellement s’y pratique!). J’aime bien la randonnée dans la nature, la flânerie urbaine est exactement le contraire: on plonge dans un bain social. L’expression est vieillotte et vient d’un monde disparu: – Ah mon p’tit, dit la grand-mère, j’en ai assez de te voir tourner en rond, va jouer dans la rue, la cour ou au moins sur le balcon, un peu de sirop de la rue ça t’fera du bien!
    Evidemment en ce moment, pas de sirop de la rue ou presque pas…

    Répondre

Répondre à SubSeb Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *